Faire son potager (Étape 4)

Projet potager la suite

Faire son potager (Étape 3)

De belles journées et quelques chaleurs en perspective ne doivent pas vous faire oublier les fraicheurs nocturnes très fréquentes dans nos montagnes actuellement... !
Nous avons déjà abordé la lune rousse et ses dangers ainsi que l’approche des Saints de glace qui vont nous inviter à une certaine prudence.

D’ici là, il est tout de même possible de démarrer quelques cultures.

Mais avez-vous terminé votre plan de potager et prévu les chemins qui sillonneront vos plantations ? Leur matérialisation peut prendre diverses formes :

  • Dalles (pas japonais) – planches – caillebotis - copeaux de bois - chemins enherbés

Avez-vous pensé à vos futures plantations grimpantes et à la façon dont vous allez accompagner leurs poussées ?

Voici quelques propositions de tuteurage :

  • à l’aide de maïs
    Comme cela a été évoqué dans l’atelier précédent, l’association du maïs et des haricots à rames est idéale. Les haricots apporteront de l’azote au maïs et celui-ci servira de tuteur aux haricots. Il est temps de semer le maïs. Choisir une variété ancienne de maïs doux que vous pourrez resemer.
    Pour accélérer la germination, on pourra mettre à tremper les grains la veille du semis.
    Pour assurer la levée, 2 grains seront alors disposés tous les 30 cm. 1 seul plant sera ensuite conservé.
    Vous pouvez également choisir de semer le maïs en barquette et de le transplanter ensuite.
  • du fait maison à l’aide de branches de noisetiers ou de bambous: en tipi, en quadrillage
    Si vous voulez faire plaisir à vos enfants … vous pouvez construire une cabane -haricot Le semis des haricots se fera au pied de chaque tuteur lorsque les conditions seront favorables (à partir du 15 mai).
    Rappel : Vous éviterez des corvées de binage en utilisant des planches de bois pour intervenir dans vos parcelles. La terre sera ainsi moins tassée par les piétinements répétés (semis, arrosage, désherbage,…)

SEMIS ET PANTATION

Les semis – quelques précisions

Lorsqu’on fait des semis en ligne à l’aide d’un cordeau, il est utile de planter un bâtonnet à chaque bout de raie pour avoir des repères. Cela permet de visualiser la zone à arroser et de poursuivre vos semis et plantations dans la continuité en gardant des distances appropriées.

Si les graines sont très fines, attention au dosage ! Des semis trop denses vous obligeront à éclaircir. Ce sera une opération supplémentaire et un risque de perturber les jeunes pousses en cours de croissance. Ayez la main légère !!!

Les semis de graines à germination longue risquent d’être rapidement envahis par des adventices (plantes indésirables). Il est important de bien identifier les jeunes pousses pour ne pas se tromper au moment du désherbage ! On peut choisir d’accélérer la germination en installant un voile d’hivernage sur la ligne.

  • Les carottes (graines à germination longue)
    Les graines sont fines ! Associez quelques graines de radis à vos graines de carottes. Les radis germeront en quelques jours et « marqueront » la raie. Leur feuillage créera de l’ombre au semis de carottes ce qui maintiendra l’humidité du sol.
  • Les panais (graines à germination longue)
    Les graines peuvent être mises à tremper la veille. Ajustez le nombre de graines à la quantité de panais que vous envisagez de consommer. Afin de faciliter le semis, on peut utiliser les dents d’un râteau pour faire les trous. 8 à 10 cm est une distance correcte entre les graines.

Astuce :

Après la levée, pour éviter d’avoir à protéger les carottes de la mouche de la carotte grâce à un voile anti-insectes, vous pouvez cultiver les poireaux avec les carottes en intercalant une ligne de carottes et une ligne de poireaux.
Cette association sera à la fois bénéfique au poireau et à la carotte. En effet, l’odeur puissante du poireau repoussera la mouche de la carotte et la carotte repoussera la teigne du poireau.

Les plantations

Si le sol n’est pas humide au moment de la plantation, arrosez copieusement vos trous de plantation

  • Les poireaux
    Les poireaux ne sont pas des plantes fragiles. On choisira de les associer aux carottes.
    Selon vos goûts, vous choisirez des variétés à gros fût ou à long fût (partie blanche). La variété « bleu de Solaize » par exemple possède les deux critères et résiste bien au froid.
  • Les choux
    Les choux sont des plantes rustiques.
    Le choix est vaste parmi les variétés de choux (rouge, cabus, de Milan, fleur, kale, d’hiver, de Bruxelles,…).
    Pensez à espacer vos plants car les choux prennent de la place à maturité ! (50 cm minimum)
    Le chou est la plante hôte favorite d’un papillon nommé « piéride du chou ». Vous éviterez les pontes du papillon en installant un voile anti-insectes sur votre culture ou en semant de la moutarde en interligne. La moutarde aura un effet répulsif très efficace sur la piéride.
  • Les salades
    Echelonnez vos plantations de manière à ne pas vous retrouver avec une quantité de salades bonnes à manger au même moment. Ceci vous permettra de tester différentes variétés.
    Les limaces peuvent se montrer gourmandes après la plantation. Dans ce cas nourrissez vos limaces en déposant des déchets végétaux en bordure de votre jardin le soir (les limaces sortent la nuit). Si vous accueillez la biodiversité dans votre potager grâce à des abris, les carabes, le crapaud ou le hérisson vous aideront à réguler la population de limaces.

Les semis et plantations se poursuivront dans le courant du mois de mai … prochains ateliers. D’ici là, la terre se sera réchauffée et les jeunes pousses bénéficieront d’un meilleur développement. En attendant, bichonnez bien vos plants en godets (potirons, potimarrons,…) en leur faisant prendre le soleil pendant la journée.


Commentaires

Cathy

Bonjour, J'ai un soucis de ronce très envahissante sur la butte qui se situe au dessus du potager.
Je voudrais l'éliminer mais ne sais pas comment m'y prendre: je ne souhaite pas y mettre de produit biocides.
Pourriez-vous me donner une astuce peut-être ?

Jacqueline

Dans un premier temps, elle doit couper tous les rameaux, les ramasser soigneusement et les évacuer (ou les brûler) afin de ne laisser aucune chance de bouturage accidentel à la plante.
Si possible, elle devra arracher les souches avec une pioche et éventuellement s'aider d'une barre à mine pour aller en profondeur. Ce sera la manière la plus efficace.
Si les "troncs" sont importants à la base, elle pourra les scier à la limite du sol, les perforer avec une grosse mèche et mettre du gros sel + un peu d'eau dans les trous.
Dans ce cas pour éviter tout nouveau départ de la plante, il sera préférable de recouvrir les souches avec du plastique noir retenu par des cailloux.
Bon courage !!