Index de l'article

Promouvoir les produits locaux de qualité

AXE 3

Enjeux et objectif

L’axe 3 « Promotion des produits locaux de qualité et organisation collective des achats » a pour objectif de développer des systèmes alimentaires durables et coopératifs, intégrant les dimensions économique, environnementale, sociale et nutritionnelle spécifiques du territoire.

Le constat de pratiques peu cohérentes en matière de production et d’approvisionnement a été le point de départ de ce travail. Les actions se sont ensuite développées autour des demandes d’entreprises et de collectivités engagées dans des projets de développement durable, notamment dans le cadre de la formation « Réduction du gaspillage alimentaire, gastronomie et santé ». Ces actions ont défini une méthode et des outils pour la mise en place d’une stratégie multi-partenariale de développement des circuits courts de qualité et ont abouti à un projet pilote de plateforme d’achats avec l’élaboration d’une version test qui a suscité de l’intérêt, ainsi qu’une Charte Qualité définissant 3 objectifs principaux : s’approvisionner en aliments de qualité et de proximité, avoir une gestion plus respectueuse de l’environnement et sensibiliser les convives aux enjeux liés à l’alimentation.

Actions mises en œuvre

Il s’agit désormais de poursuivre le diagnostic sur les besoins et les fonctionnements sur les réseaux de production, de distribution, de transformation et de consommation, mené dans le cadre du diagnostic territorial, mais aussi d’identifier les leviers pour développer les filières d’approvisionnement de proximité et préfigurer la logistique nécessaire (plateforme). Afin de garantir la qualité des produits, il faut développer les pratiques et labels valorisant les productions locales et les pratiques respectueuses de l'environnement. Enfin, au regard des besoins exprimés par les professionnels engagés dans les démarches, il est important de développer l’accompagnement individuel et les actions mutualisables sur l’évolution des pratiques.


Diagnostic des besoins et fonctionnements

Cette phase permet de réaliser une étude approfondie de chaque structure pour être au plus près de la réalité de leurs besoins et fonctionnements pour l’approvisionnement, ainsi que de l’offre de production et de distribution qui fait un état des lieux des réseaux d’approvisionnement existants et identifie les partenaires potentiels, les filières pouvant être renforcées, les pistes de synergies.

Les diagnostics des besoins et de l’offre permettent de faire un état des lieux complet des systèmes alimentaires existants afin de les améliorer et réduire leur impact environnemental. Cette étape permet d’avoir une compréhension pluridisciplinaire des enjeux et une vision inclusive de la production à la consommation, de s’appuyer sur les ressources locales et les valoriser, les développer, et à terme de créer de l'économie, de l'emploi.

Elle vise à favoriser l'agriculture locale, le rapprochement entre producteurs et transformateurs, réduit les transports et apporte des réponses adaptées aux professionnels et aux consommateurs en termes de qualité et de diversité des produits. Ce travail important a été mené dans le cadre du diagnostic territorial, qui viendra compléter les éléments déjà identifiés.


Développement des circuits courts

Le développement des circuits courts vise un approvisionnement en produits de qualité, sains et locaux accessibles à tous. Ils renforcent le lien entre producteurs et consommateurs et consolide l’image des productions locales, ils permettent de maintenir et développer l’économie de proximité dans le territoire. Pour cela, il est important de mener des projets de valorisation et de qualité pouvant aussi apporter une plus-value aux productions locales, tout en assurant aux consommateurs des conditions de production saines et respectueuses de l’environnement et des traditions locales.
Le projet veut porter des filières de valorisation durable, présentant un intérêt économique pour les acteurs des filières agricoles et agroalimentaires, encourager l’évolution des pratiques, faciliter la communication et l’information sur les produits engagés dans des systèmes alimentaires de qualité et soutenir la production agricole de montagne. L’identification et le développement des filières vont donc de pair avec un travail depuis l’accompagnement des producteurs jusqu’à l’information des consommateurs.
Cette étape doit permettre de connaître la production mobilisable sur le territoire, d’initier les partenariats entre les producteurs, distributeurs et transformateurs, puis de mettre en place la contractualisation sur les futurs approvisionnements. Les rencontres entre les acteurs sont menées dans le cadre de l’équipe projet et permettent de créer du lien entre les différentes parties prenantes, de définir ensemble des projets collectifs sur les actions à mener pour organiser des circuits de proximité qui répondent aux besoins de chacun (logistique, plateforme d’achat, regroupement…).
Ce travail est mené en collaboration avec des partenaires experts dans les différents secteurs concernés (Chambre d’Agriculture, PNR, Association Addicterra, Alterresnatives66…). Il passe aussi par un travail de prospective pour identifier les initiatives qui font leur preuve sur les filières agricoles et les territoires engagés dans l’alimentation durable.


Développement de pratiques durables

Cette phase permet de travailler sur les actions qui accompagneront le changement de pratiques sur toute la chaine alimentaire, depuis la production, la distribution, la transformation jusqu’à la consommation et le recyclage.
Elle s’appuie sur un recensement des outils, supports, guides et démarches existantes, ainsi que les dispositifs et financements mobilisables pour soutenir les acteurs dans la mise en oeuvre et les investissements nécessaires. Cela passe aussi par la définition de cahier des charges sur les pratiques attendues, pouvant mener à des labellisations. Notre territoire ayant un pôle de Recherche et Développement, elle inclue les projets pouvant apporter des innovations dans les pratiques par l’utilisation des énergies renouvelables.
L’objectif est de proposer un accompagnement et un soutien aux acteurs qui souhaitent s’engager, d’identifier les dynamiques collectives qui faciliteront à la fois la mise en oeuvre, apporteront une plus-value dans le développement local et pourront augmenter la valeur ajoutée des produits locaux.

Pour la production, il peut s’agir d’aide à l’installation, à la transition ou l’acquisition de pratiques de l’agriculture durable, qui s’appuient sur les connaissances de l’agro-écologie, des démarches de labellisation qui peuvent donner une valeur ajoutée aux produits (labels qualité, Marque Parc, Bio…).

Pour la distribution, la Chambre d’Agriculture a la volonté de travailler avec nous sur le développement d’une labellisation des circuits de distribution de proximité et de qualité (traçabilité, conditions de transport, économie d’énergie…).
S’agissant des transformateurs, les professionnels ont fait remonter le besoin d’être accompagnés dans l’évolution de leurs pratiques liées à ces démarches de développement durable (gestion de l’approvisionnement, travail des produits frais, élaboration des plats…). Cela passe notamment par la formation des professionnels.

Enfin, pour les consommateurs, les professionnels nous sollicitent pour les accompagner dans la sensibilisation des convives au sein des structures, restauration collective comme traditionnelle, mais aussi dans les lieux d’achats. Il s’agit ici de définir des programmes d’actions de sensibilisation, d’information qui leur permettent de connaître les démarches engagées et de s’approprier de nouveaux modes de consommation.


Développement de l’accompagnement des structures

Les acteurs déjà engagés dans des démarches ou souhaitant le faire indiquent qu’ils ont besoin à la fois d’être accompagnés pour définir les plans d’action, les mettre en oeuvre et assurer leur suivi, développer des projets, sensibiliser les professionnels, les former, faire évoluer les profils de poste.
Ce soutien est nécessaire pour rendre les démarches pérennes et les adapter à la spécificité et aux contraintes de chacun, aider les acteurs à véritablement les manager. Il s’agit aussi d’oeuvrer à la mise en oeuvre de la Charte Qualité Alimentation Durable travaillée avec des acteurs locaux.
Cet accompagnement doit permettre une approche globale de l’ensemble des démarches qui concourent à des pratiques durables. Nous devons être en capacité de proposer un accompagnement individuel adapté, tout en identifiant les actions mutualisables et apporter une dynamique généralisée, avec des collaborations et échanges inter-filières. Cela nécessite un recensement des projets déjà menés, des besoins de formation et le développement des parcours de formation.
Des demandes ont également été faites pour mener au travail avec les restaurations collectives, les établissements publics et les collectivités territoriales pour contribuer à l’amélioration de la qualité des repas proposés et faciliter l’approvisionnement local de qualité. Cette réflexion peut aussi inclure le portage de repas à domicile et permettra d’identifier les projets pouvant être développés.


Développement de plateforme d’approvisionnement de proximité

À partir des besoins identifiés et des ressources, le développement de la plateforme permet d’avoir un outil informatique coopératif et évolutif, qui mette en réseau les acteurs (restaurations, producteurs et fournisseurs) pour développer une organisation collective des approvisionnements en optimisant la logistique existante. Une plateforme test a déjà été réalisée dans le cadre d’un projet, cette expérience peut servir de base au développement d’un projet de création de la plateforme collective d’achats, qui s’appuie sur l’expérience d’autres territoires aux caractéristiques proches pour définir un projet cohérent et pérenne, et avoir un appui sur la mise en oeuvre. Elle est construite à partir des besoins et de l’offre, en utilisant les partenaires actuels, les transports et la logistique de terrain. Ce travail a permis de montrer l’intérêt des acteurs pour cet outil, mais que son développement nécessite de franchir d’autres étapes afin de s’assurer de son utilisation pleine et entière. Cela reste un objectif à court terme.

Imprimer